Bérénice 34-44

10h00


Bérénice 34-44

Durée 1h10

Du 05 au 28 juillet 2019

 

Théâtre (à partir de 10 ans)

« Bérénice 34-44 » est un roman de Isabelle Stibbe, écrit en 2013 et récompensé du prix Simon Veil. En découvrant ce livre magnifique, Pierre-Olivier Scotto, le metteur en scène, propose à Violette Erhart, l’interprète, de l’adapter en un seule en scène pour le théâtre.

« 1934. Bérénice Kapelouchnik est une adolescente juive, passionnée de théâtre. Elle finit par rentrer au conservatoire, puis à la Comédie Française contre la volonté de son père. Mais la guerre éclate, et tous les Juifs doivent être expulsés de la Maison de Molière.

Durant cette période sombre de l’Occupation, nous découvrons les travers et les ambigüités de la Comédie Française et de ses occupants : Jacques Copeau, Louis Jouvet…

Dans ce seule en scène, nous suivons cette comédienne dévorée par sa passion viscérale pour le théâtre, qui préférera renier jusqu’à son nom, son identité, pour rester sur les planches plutôt que de céder au chantage du régime de Vichy. »

Note d’intention du metteur en scène :

J’ai découvert le roman d’Isabelle Stibbe « Bérénice 34-44 » aux éditions Serge Safran dès sa sortie. Les critiques étaient excellentes, unanimes et le thème m’a parlé d’emblée : l’histoire d’une comédienne de la Comédie Française de 1934 à 1944.
Ayant été pensionnaire de la Comédie Française pendant cinq ans, je connais bien la Maison et je voulais savoir ce qui s’était passé dans la Maison de Molière durant les temps troubles de l’Occupation de la France par les Allemands en 1940.

J’ai été bouleversé par l’histoire de cette héroïne, Bérénice, juive de naissance et de culture, qui par amour pour le théâtre, s’était extraite de son milieu familial modeste, de l’atelier de couture de son père, que décrit si bien Jean-Claude Grumberg.
Cette Bérénice, à force d’efforts, de travail et de beaucoup d’audace, est devenue sociétaire de la Comédie Française.

Même si Isabelle Stibbe a écrit une fiction, tout est véridique dans son roman à vocation historique et pédagogique.
Le style de l’auteur est vif, rapide, on entend déjà les répliques théâtrales, le récit de Bérénice au public.

J’ai eu envie de porter à la scène ce roman en imaginant un seul en scène. J’ai pensé à une jeune comédienne de mon atelier, Violette Erhart, qui a l’âge et la maturité du rôle. J’ai donc proposé à Violette de travailler sur cette adaptation et d’échanger avec elle pendant son travail. Nous avons avancé par étapes. Je demandais à Violette de garder toutes les actions et les rebondissements pour faire de ce roman une vraie pièce de théâtre.

Mon objectif de mise en scène était clair dès le départ : la simplicité, l’épure, l’émotion.
Je voulais que dès les premières minutes, le public s’identifie au personnage de Bérénice, ce qui n’est pas forcément évident, car Bérénice n’est pas toujours sympathique : elle peut se montrer ambitieuse, voire égoïste, mais c’est aussi ce qui la rend fascinante. Au fur et à mesure de la pièce, on se rend vite compte de la grandeur du personnage et de son humanité.

Pour la scénographie, pas de décor fixe. Des éléments répartis en trois espaces :
•l’espace de l’atelier de couture de son enfance, symbolisé par une machine à coudre.
•l’espace du monde du théâtre à la Comédie Française ou au Conservatoire, symbolisé par une table de maquillage et un paravent.
•l’espace libre où Bérénice peut raconter son histoire au public.
La comédienne passe d’un espace à l’autre et joue tous les personnages du roman, masculins et féminins.
La musique aura également sa place au sein de ma mise en scène, elle interviendra de façon ponctuelle, afin de refléter le sentiment du personnage à un instant T. Elle aura aussi vocation à accompagner le crescendo de la pièce, de plus en plus sombre, jusqu’à sa fin, tragique.

Bérénice, comme son homonyme de Racine est un destin tragique. Il faut de la grandeur, de la dignité. Pendant cette année de travail, beaucoup d’émotions, beaucoup de rires, beaucoup de recherches, mais surtout un bel hommage au théâtre.

Pierre-Olivier Scotto

Auteur : Isabelle STIBBE

Adaptation pour le théâtre : Violette ERHART

Mise en scène : Pierre-Olivier SCOTTO

Interprète : Violette ERHART

Costumes : Claire DJEMAH

Chargée de diffusion : Murielle SILVESTRE

Production : Compagnie du Belvédère 99